Réconciliation

artisan de paix (2)

Source : Aleteia

Le sacrement, appelé jadis de « pénitence », porte aujourd’hui le nom plus positif de pénitence et réconciliation. Et pourtant, les chrétiens s’en détournent bien souvent, ne voyant pas grand intérêt, sauf cas grave, à dire leurs péchés, qui plus est, à un prêtre plutôt qu’à Dieu directement.

Que nous révèle l’Évangile à ce sujet ? Jésus nous invite à recevoir le pardon lorsqu’il dit à ses apôtres : « Tout homme à qui vous remettrez les péchés, ils lui seront remis ». Mais en même temps, les quelques rencontres de Jésus avec les pécheurs montrent que ce n’est pas l’aveu détaillé des fautes qui l’intéressent, mais plutôt que le pécheur reconnaisse qu’il est Celui qui libère tout homme.

Si ce n’est pas une obligation, pourquoi donc demander à recevoir ce sacrement ?

Pécheurs, nous le sommes. Par exemple, lorsque nous avons la prétention d’être seuls maîtres de notre vie, lorsque nous refusons de croire que, grâce à Dieu, un avenir est possible, ou lorsque l’amour que nous portons aux autres passe après bien d’autres préoccupations…

20150625 (2)

Source : pontifexenimages

Se dire pécheur est alors un acte de courage et d’humilité, et ce n’est pas rien.

D’autre part, si l’essentiel est de reconnaître que sans l’amour de Dieu nous ne sommes pas grand-chose, laissons donc Dieu, par ce sacrement, dire qu’Il nous pardonne et surtout qu’Il nous aime.

Le sacrement de réconciliation, c’est aussi recevoir un don de Dieu, la grâce qui va nous permettre de reprendre force et espérance.

En même temps, le péché entache le Corps de l’Église dont nous sommes. Par cette démarche qui se veut communautaire, nous célébrons l’Esprit Saint qui sans cesse nous redonne vie, nous re-crée.

Comment et quand recevoir ce sacrement ?

Ce sacrement consiste, pour le pécheur, à reconnaître ses fautes (c’est l’aveu ou confession), et, pour le prêtre, à lui donner le pardon de Dieu « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

Sur la paroisse nous sont proposées :

  • Des célébrations ne comportant pas de sacrement, cependant celles-ci permettent de comprendre en communauté en quoi nous sommes pécheurs, et de reconnaître l’immense amour de Dieu pour les pécheurs que nous sommes.
  • Des permanences pour recevoir le sacrement de manière individuelle.

Pour les confessions individuelles, il est donc possible rencontrer un prêtre de la paroisse lors des permanences suivantes :

  • le vendredi de 16h à 17h30 à la Cathédrale de Rodez
  • le samedi de 9h30 à 11h à la Cathédrale de Rodez

♦ La confession, ce n’est pas compliqué, Alfred nous montre le chemin. – [Église Catholique en Yvelines]

♦ Alfred et la confession –  » Rien de grave »